Le Saut de la Biquette
Les Bateliers du Rhône

Le répertoire Salmorenc :

 

  • Les POLKAS : cette forme de danses est arrivée à la fin du XIXème siècle.

 

- Les Amourettes : cette danse de la Valdaine nous montre un garçon coquin qui tente d’embrasser sa cavalière. La fille refuse les avances en levant son ruban volage qu’elle ira remettre à l’abbé de liesse, garçon à qui l’honneur des jeunes filles est confié pendant la fête.

- La Pika : elle peut être classée parmi les « polkas primaires » qui sont arrivées par les colporteurs.

- La Troïka : cette danse symbolise la dextérité du garçon à mener les attelages.

- La Badoise Balancée : le pas de polka est ici rectiligne, et la danse raconte une querelle amoureuse.

- La Badoise du Champsaur : la différence avec sa sœur la Badoise Balancée tient dans le fait que les cavalières changent de garçons mais sans aucune querelle.

 

  • LES DANSES SYMBOLIQUES :

 

- Le Chibrelis : cette danse est interprétée une fois par an pour le printemps. Le sens premier est la fécondité. Les arceaux fleuris et le pot où ils seront déposés pendant la danse sont des symboles sexuels.

- Le Saut de la biquette : cette danse de bergers apparait comme un défi entre danseurs et musiciens pour savoir qui renoncera le premier. Elle était interprétée au sommet des montagnes et par leurs sauts, les danseurs s’élevaient encore plus haut. Sans doute un dialogue avec les esprits célestes s’établissait-t’ il ainsi…

- Le Laboureur : comme son nom ne l’indique pas, elle était interprétée au moment des moissons, comme pour boucler le cycle agraire qui débouche sur un nouveau cycle.

 

  • LES RIGODONS : c’est la danse par excellence du Dauphiné.

 

- Le Petit Pierre : danse à deux qui raconte l’histoire d’une rencontre entre filles et garçons, tout d’abord chacun de son côté, puis formation des couples qui se retrouvent tous unis. Le couple perpétue la force de la société.

- Le Mont-Cenis : ce rigodon se termine par une chaîne fort serrée qui serpente pour finir en ligne ; cette danse pourrait symboliser la victoire sur le serpent fréquemment associé au cercle comme intermédiaire avec le monde infernal.

- Les Bateliers du Rhône : cette danse est arrivée dans la région de VOIRON et de ST LAURENT DU PONT par ceux qui menaient par le fleuve les bois de Chartreuse pour les mâts des navires et la toiles de VOIRON pour les voiles.

- La Moutta : c’est le seul pas de rigodon dauphinois décrit dans un dictionnaire de danse classique, celui de Maître COMPAN.

- Les Filles du Village : il s’agit d’un rigodon où la danse servait principalement d’approche amoureuse.

- Le Coucou : véritable hymne dansé des rigodons du Dauphiné, où comme l’oiseau, le cavalier va faire son nid ailleurs. Cette danse se termine par une farandole qui décrit toujours une spirale.

Danse :

 

Le Dauphiné est à la croisée de bien des influences culturelles et cela se voit dans ses danses. Sur certaines, des influences provençales apparaissent, sur d’autres, des traces savoyardes pourront y être reconnues. Trois groupes de danses peuvent être définis dans le répertoire de Salmorenc :

Le Chibrelis
La Troïka
Le Mont-Cenis

Chant :

 

Le répertoire de la section chant est essentiellement composé de chants de bergères, de chants calendaires et de chants illustrant les moments de la vie (travail, fêtes, tristesse, gaieté…). Ils sont soient en en français soient en patois.

 

Musique :

 

Le groupe ATP Salmorenc se produit toujours en public avec de la musique vivante, c’est-à-dire avec des musiciens. Les airs joués sont des chansons traditionnelles du Dauphiné qui étaient transmis oralement la plupart du temps. Ils étaient joués avec des instruments traditionnels, ou plus modernes tels que l’accordéon (diatonique ou chromatique), la clarinette, la trompette, le violon etc.

Nous suivre
  • Facebook Social Icon

Sur Facebook

Adresse

Maison des associations

2, place Stalingrad

38500 Voiron, France
culturesmondevoiron@orange.fr
Tel : 06 07 81 77 31

        04 76 06 42 71

Nous trouver